Ryu Shan aux Clepsydres de jade

Afficher l'image d'origine



Type de monde : Sphérique rocheux
Taille : D (diamètre équatorial de 5 473km)
Echappée : 1 Tour
Rotation : 48 heures
Révolution : 960 jours
Lunes : Ryu Rimkkii
Population : 736 872 Shan’lao, 184 756 Lao
Trame magique : Resserrée, magie divine dominante

Monde extérieur du système de Dragon d’or, Ryu Shan fut de tout temps une halte pour les nombreux peuples qui transitèrent par cette Sphère de cristal pour faire du négoce. Planète de petite dimension, elle possède un climat tempéré et peu de phénomènes menaçants.
L’hémisphère septentrional est dominé par un grand continent montagneux, où une grande chaîne de lacs poissonneux offre un environnement idéal aux plus importantes communautés planétaires. La Mer équatoriale de Pynon Tuel recouvre le plus grand Donjon Ryukkii connu à ce jour au sein des Sphères Aventureuses, il est également le moins accessibles car ses entrées connues se trouvent dans des failles abyssales peuplées de monstres marins.
L’hémisphère austral rassemble de nombreux archipels, où la civilisation Shan’lao s’est développée rapidement, grâce à une abondance de ressources végétales et animales.

Ports d’accueil: Descendants des conquérants du Shou’sin Lao, les Shan’lao ont fondés de grandes métropoles insulaires, à partir desquelles leurs descendants repartirent vers les cieux, à bord de navires marchands. Nation du Vide depuis plusieurs siècles, le Shan’Ryutaan s’est fortifiée grâce à la Ligue, et malgré sa récente annexion par le Trône du Dragon, sa prospérité est assurée pour de nombreux siècles.
Les métropoles Shan’lao disposent d’enclaves portuaires pouvant accueillir une vingtaine de spelljammers. La réglementation locale est particulièrement stricte face aux navires en provenance d’outresphère, et les taxes portuaires dissuadent ceux qui ne viennent pas faire du négoce à grande échelle. Les ports du Shan’Ryutaan disposent cependant de toutes les facilités imaginables, et la récente présence Lao n’a fait qu’accroître les dimensions des zocalo.

Yun Itam est le parfait exemple du port d’accueil Shan’lao. Petite cité abritant une dizaine de milliers d’habitants, le Port des Trois orbes possède une flotte de pêche comptant parmi les plus prestigieuses, depuis que les grandes anguilles arc-en-ciel sont devenues une spécialité culinaire planétaire. L’Empereur-Dragon lui-même aurait exigé que le ragoût d’anguille Itami soit incorporé au traditionnel banquet Lao. La pêche de cette créature n’est pas sans danger, car outre sa taille dépassant les cinq mètres, elle peut également susciter de puissantes illusions capables d’égarer les marins les plus aguerris. Au fil du temps, les familles de pêcheurs Itami ont accumulées des richesses, et leurs navires se distinguent avec leurs voiles multicolores.
Pour les voyageurs d’outresphère, naviguer dans le port de Yun Itam reste une gageure, tant le nombre de pêcheurs d’anguille ne cesse de croître. Les autorités portuaires ont ainsi organisées un regroupement des visiteurs autour de trois hautes constructions reliées à la cité par des passerelles flottantes. Surmontés de grands dômes recouverts de mosaïques colorées, les édifices sont des zocalo où les nouveaux venus peuvent espérer faire des affaires avec les autochtones. Beaucoup cependant préfèrent s’aventurer dans la ville et faire des affaires loin de la présence des autorités.
Yun Itam est gouvernée par un Conseil des Dragons, des individus masqués dont nul ne connaît l’identité, régnant après avoir été choisis par leurs pairs. La cité est dirigée par trois Dragons, dont deux sont visiblement des Shugenja de Sheng Luan. Une garde forte de deux cent combattants assure la sécurité et se voit commandée par la Mâchoire des Dragons, un officier également masqué, maître d’arme et adepte profane. L’arrivée des Lao a déstabilisée les gouvernements locaux, qui doivent désormais rendre compte à un Yon’shu ayant le contrôle des ressources planétaires. Jusqu’alors, les Shan’lao comptaient parmi les plus réfractaires à l’influence de la Ligue sur leur monde, la nouvelle donne a finalement rapprochée les ennemis d’antan.

Ressources: Ryu Shan possède d’abondantes ressources agricoles, en mesure de subvenir aux besoins de tous. Cette profusion minérale, animale et végétale a limité l’expansion des nombreux royaumes anciens, et le glorieux territoire du Shan’Ryutaan occupe un espace étonnement limité. L’essentiel de la civilisation Shan’lao est concentrée dans les archipels austraux, tandis que le continent septentrional est laissé à l’état sauvage, avec seulement quelques comptoirs marchands.
Mais la planète est surtout connue pour ses nombreux Donjons Ryukkii, de profonds et vastes complexes souterrains, se ramifiant à travers les Plans Extérieurs. La plupart de ces donjons sont éparpillés sur le continent, mais les multitudes d’aventuriers avides de richesses débarquent généralement dans les ports du Sud, afin de s’équiper, puis naviguent en passant l’équateur, vers les falaises blanches du Nord.

Cultures: La civilisation Shan’lao est née de l’exode de plusieurs communautés Lao, fuyant les Sphères des Cinq Dragons et recherchant un nouveau territoire où se développer. Les colons furent nombreux à abandonner les mondes de leurs ancêtres, mais ils ne s’exilèrent pas dans la hâte, rassemblant ressources et navires durant plusieurs années.
Tournée vers le commerce, la culture Shan’lao a su se démarquer tout en conservant maintes traditions typiquement Lao. Les temples du Quinconce de jade sont moins fréquentés que leurs contreparties des Sphères de Shou’sin Lao, mais les divinités veillent malgré tout sur le peuple du Shan’Ryutaan. Bien entendu, les Shan’lao s’en remettent plus volontiers à la vigilante protection de Sheng Luan, qu’ils considèrent comme membre du Quinconce, malgré les réprimandes officielles des Prêtres Lao venant guider les âmes égarées de leurs lointains cousins et cousines.

Peu avant la conquête de Shu Lon, les Shan’Lao étaient de redoutables conquérants louant la voie guerrière de leurs glorieux ancêtres. Mais l’influence Yen’lua tempéra leurs ardeurs, et depuis plusieurs siècles désormais, les Shan’Lao favorisent la voie du négoce. Cette transformation de la société eu cependant un effet pervers, car les seigneurs Shan’Lao apprirent à intriguer afin de satisfaire leurs ambitions. Ils amenèrent le chaos au sein de la jungle équatoriale de Shu Lon, déclenchant de nombreux conflits parmi les communautés Yen’lua.
Sur Ryu Shan, l’ancienne caste des Bushi perdit rapidement son prestige, et fut remplacée par celle des Shugenja, individus marqués à la naissance par le Dragon d’or, et puisant en lui de prodigieux pouvoirs. Ce sont malgré tout les traditionnelles Maisons marchandes, ici désignées du nom de Guildes jadéennes, qui contrôlent l'essentiel du commerce et laissent peu de place aux indépendants. Les Bushi ont pratiquement tous migré vers le monde voisin de Shu Lon, où ils portent le titre de Nan Zuho, ou Seigneurs en exil. Les tensions restent vives entre négociants et guerriers, mais la diplomatie est un art dans lequel les Shan'Lao sont maîtres.
Weh Min Fa, le Yon'shu en charge des affaires impériales sur Ryu Shan surveille attentivement les intrigues des Guildes jadéennes, tout autant que l'évolution des courants religieux liés à Sheng Luan. Fin politicien, il a été placé là par l'Empereur-dragon en personne, et sait comment jouer des tensions qui l'entourent. Redoutable combattant, il serait également un sorcier de talent, bien que nul Shan'Lao ne l'ai jamais vu user de magie. Malgré sa position, Weh Min Fa préfère laisser une certaine marge de manœuvre à ses puissants vassaux, qui de leur côté préfèrent s'acquitter de lourdes taxes et ne pas avoir en retour d'ingérence trop flagrante de l'envahisseur.

La culture Shan'Lao est prospère, l'Empereur-dragon rêve de voir cette prospérité se mêler à son propre prestige, et rayonner sur tous les mondes de son vaste empire. En ce sens, les Shan'Lao sont souvent considérés comme un protectorat, bénéficiant de la protection militaire impériale, ainsi que d'un flux de plus en plus important de nouveaux produits. Beaucoup de conseillers autour du Trône-dragon estiment même que le monde de Ryu Shan bénéficie de trop nombreux prvilèges.

Sites notables: Les cultures anciennes qui se sont succédées dans les grandes étendues de Ruy Shan semblent n'intéresser personne, à l'exception des légendaires donjons Ryukkii. Pas moins de huit sont facilement accessibles depuis la surface, et les Guildes jadéennes furent trop heureuses de laisser le contrôle des airs et les coûteuses patrouilles terrestres à la responsabilité de leurs envahisseurs Lao. Ces derniers veillent donc à faire payer de lourdes taxes à quiconque maraude aux abords des complexes souterrains, mais d'année en année, les explorateurs sont toujours plus nombreux. Le Yon'Shu n'insiste pas réellement sur la sécurité autour des donjons Ryukkii, la grande majorité des aventuriers s'y engouffrant ne revenant jamais, et laissant derrière eux chevaux et nefs spatiomantiques.

Nok'woo'rool est sûrement le plus renommé des donjons planaires laissés par les mystérieux géants. Ses dix-sept niveaux sont contenus dans un simple piton rocheux, qu'un capitaine pirate rendu fou par du mauvais alcool de riz décapita avec son navire. Depuis lors, malgré le funeste destin du héros, l'accès à ce donjon reste le plus facile. Seules quelques salles ont ainsi été exposées à l'air libre, et toutes les propriétés magiques qui imprégnaient murs et colonnes ont disparues. Il faut désormais s'enfoncer dans les entrailles de Nok'woo'rool pour découvrir des salles n'ayant pas été pillées, et où existe une force inquiétante, capable d'envahir l'esprit le plus solide et le pousser à commettre des actes contre-nature. L'espace dimensionnel compris dans le Pic de Neh'yu Nihn es en réalité vaste comme une ville, et l'estimation la plus optimiste évalue au tiers de la totalité de la superficie.
Un groupe d'aventuriers de la Ligue patrouille régulièrement aux abords du donjon, cherchant à éloigner ceux qui semblent les moins bien formés à la survie dans l'environnement planaire. Menés par la magicienne Cassia Mantelnoir (Valorienne ♀/ Magicienne cristalline 12/ Ligue des aventuriers/ NB), les Serres du Destin opèrent avec l'aval du gouverneur planétaire, qui utilise également les services de la compagnie pour garder un œil sur les activités de la Ligue.

Au cœur des terres, à plusieurs jours de cheval des frontières intérieures du Shan’Ryutaan, se trouve la cité de Grand anneau, érigée sur les ruines d'un donjon Ryukkii éventré par une force inconnue – certains parlent d'un dragon de ténèbres qui vint menacer Sheng-Luan lui-même – et dont l'architecture combine avec plus ou moins de bonheur tous les styles connues à travers les Sphères aventureuses. C'est là le cœur politique de la Ligue des aventuriers, là où les plus vénérables Liguemestres se retrouvent pour jouer les médiateurs entre d'innombrables factions, royaumes et groupuscules. L'habituelle neutralité de la Ligue n'existe pas en ce lieu, où l'autorité de ses membres reste prépondérante sur toute autre. Formant une grande roue dont les rayons sont autant de quartiers fortifiés, Grand anneau est une ville où se règlent les litiges, où le commerce est réduit à son strict nécessaire, et où bien des traités de paix furent signés. De nombreux gardiens mystiques veillent à la sécurité de chaque visiteur, et pas moins de mille aventuriers parcourent les rues et les quartiers, en quête d'assassins et de menaces impalpables. Nul ne voit jamais plus d'un Liguemestre veillant sur la ville, et toujours en des lieux incongrus.
L'actuel Empereur-dragon, inquiet d'avoir un tel voisin sur un monde sous son autorité, envoya une grande armée menacer la Ligue, mais retrouva ses soldats errants dans la lande alentour, ses sorciers hagards, et ses bêtes magiques désemparées. Comprenant que la puissance de cet adversaire était des plus mystérieuses, il vint de lui-même régler le désaccord l'oposant à la Ligue.
Grand anneau est une cité pouvant abriter cinquante milliers d'individus, mais n'accueillant généralement que la moitié de ce nombre. Seules les nefs de la Ligue peuvent se poser sur la grande Esplanade des Héros, et de puissantes défenses altérant le climat se déclenchent face à n'importe quel envahisseur arrivant des cieux.

Ryu Rimkkii
La lune de Ryu Shan est un vaste donjon Ryukkii, dont les galeries percent l'astre de part en part. Il n'existe aucune atmosphère, pas même une once de gravité, et l'exploration de ce labyrinthe à l'échelle d'un monde n'est donc encore que très parcellaire. La surface est un chaos rocheux dans lequel aiment s'abriter les pirates maraudant autour de la planète.
Le donjon de Ryu Rimkkii est une énigme pour les sages ayant étudié l'histoire des géants planaires. Ces derniers avaient en effet besoin de respirer, ne serait-ce des vapeurs empoisonnées, et l'absence d'atmosphère interroge donc sur les moyens mis en œuvre pour excaver une lune entière. Ceux qui ont tenté une exploration en profondeur ont tout simplement disparu au détour d'un couloir. Les abords les plus accessibles sont pour leur part dénués de tout intérêt, mais encore une fois, certain pirates osent engager leurs vaisseaux et sillonner habilement dans le dédale extérieur, pour émerger ailleurs à la surface lunaire.

1 commentaire: